AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le démon a mille visages...(Cara)

Aller en bas 
AuteurMessage
Spero Moorshine

avatar

Faiblesses : Force physique

Arme : Arc et couteau

Messages : 68
Branches : 6416
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Le démon a mille visages...(Cara)   Lun 23 Mar - 6:28


Il vivait dans cette cabane depuis des années. Spero ne pouvait pas dire que c’était chez lui, pas plus que le chasseur était comme un père. Tout avait été très clair depuis le début. Spero n’avait pas de famille, pas de chez lui, il était là en attendant de pouvoir se débrouiller seul. Le chasseur était un enseignant, rien de plus. Ça avait été dur au départ pour un jeune enfant de comprendre ça et il avait passé de nombreuses nuits à pleurer. Le maître avait toujours été très dur avec lui, il se souciait peu de son âge. Spero lui en voulait parfois mais il avait rapidement compris que c’était une question de survie. S’il n’apprenait pas correctement c’était lui-même qui en paierait le prix en mourant de faim ou terrassé par une bête. Il s’était fait à cette vie. Il n’avait pas de rêve et ne se souvenait pas vraiment de ce qu’était censé être la vie. En voyant parfois des villages de loin il avait interrogé son maitre qui lui répondait toujours que c’était là que les gens faibles se retrouvaient. Incapable de survivre par eux-mêmes, ils s’appuyaient les uns sur les autres. L’enfant évita ses lieux et les gens qui les peuplaient. Il ne vivait plus que pour vivre en fait. Le maître parti un soir comme il le faisait parfois et Spero fut responsable de leur demeure. Mais il ne revint pas et l’enfant dû faire exactement ce pourquoi il avait été élevé.

Spero s’en sortait plutôt bien. Il avait bien appris pendant ces années passées avec son maître. Il n’avait pas pu rester au camp à attendre. Le maître n’allait visiblement pas revenir de si tôt. Il était un peu inquiet mais se disait que ça devait simplement être un imprévu. Pourtant, il lui avait souvent dit : « Spero, si je ne reviens pas, ne m’attend pas. Je ne suis pas là pour t’aider mais pour te montrer à survivre. Met bien mes enseignements en pratique et tu iras loin ». Comme d’habitude, Spero l’avait écouté. Il connaissait bien cette forêt suite à ses nombreuses expéditions et s’y sentait parfaitement à l’aise. Il y avait déjà passé plus d’un an seul mais cette année-là, l’hiver s’annonçait particulièrement dur. Les signes ne trompaient pas et il savait les reconnaître. Rester serait donc risquer mais abandonner le milieu qu’il connaissait pour l’inconnu le serait tout autant. Loin de vouloir se concentrer sur cette décision qu’il devrait bien prendre un jour ou l’autre, Spero opta plutôt pour faire comme d’habitude, vivre au jour le jour. Le soleil ne s’était pas encore levé quand il se mit à l’ouvrage. Il savait que plusieurs oiseaux migraient vers le sud à cette période de l’année et qu’ils faisaient halte dans les bois. D’un pas léger et précis, il s’avançait entre les arbres, l’arc tendu, près à tirer au moindre mouvement.

Il faisait exprès pour faire craquer quelques branches sous ses pieds et le résultat ne se fit pas attendre. Plusieurs oiseaux prirent leu envol et il tira, l’un d’eux retomba lourdement au sol. Rapidement, Spero se dirigea dans cette direction. Il ne voulait pas se faire voler son repas ou risquer de tomber sur un animal affamé qui serait ravi de se mettre un gamin sous la dent en plus. Il dû chercher dans les broussailles un moment avant de trouver l’oiseau qui était bel et bien mort. Il sorti la flèche puis attacha l’oiseau à son sac pour pouvoir continuer sa journée. Il n’aurait pas besoin de plus de viande et, n’ayant pas les moyens de la conserver, ce n’était pas la peine d’en mettre en réserve. Spero passa donc une autre partie de la journée à cueillir des plantes avant de s’installer derrière un rocher. Il n’était qu’un enfant. Il faisait donc encore beaucoup d’erreur et la chance avait encore beaucoup à voir pour sa survie. Il eut donc un petit moment d’inattention alors qu’il déplumait l’oiseau qu’il avait abattu un peu plus tôt ce jour-là et ne se rendit pas compte d’une autre présence. De toute façon, cette personne avançait si silencieusement qu’il n’aurait jamais pu l’entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Baëlír

avatar

Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 6122
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Mer 8 Avr - 14:14

Le démon a mille visages
Cara & Spero
And I have a tender spot in my heart for cripples and bastards and broken things.
▬ George R.R. Martin



Les marches du Nord, voilà où j’avais encore une fois été envoyée en très courte mission. Comme la dernière fois, ce n’était qu’un très simple et classique assassinat d’un pauvre vieux qui vivait en autarcie et qui avait sans doute eu quelques griefs sans importance avec je ne sais quel idiot assez riche pour nous payer aujourd’hui. Je n’étais pas là pour dire qui avait raison bien entendu, d’autant que le fait qu’on me paie bien pour des missions aussi banales m’arrangeait bien. J’avais l’impression de passer ma vie sur les routes, en déplacement, en voyage. J’adorais ça bien entendu, voir du pays me plaisait, rencontrer des gens me plaisaient. Mais j’avais tendance à rester assez discrète pendant mes missions, ce n’était pas exactement des vacances et ça ne durait de toutes façons pas bien longtemps la plupart du temps. J’arrivais, je tuais, je dormais et je repartais. Il n’était pas rare que je prenne une chambre dans une auberge cependant, je me fichais cordialement qu’on me soupçonne. Je n’avais pas peur. Cette fois là cependant, bien que le froid se faisait déjà sentir alors que je marchais à grand pas à travers une forêt dense, je savais que je ne dormirais pas dans un lit. Le vieux habitait apparemment dans un endroit reculé et il m’avait été difficile de retrouver sa trace, l’homme qui m’avait engagée ne sachant pas précisément où été le vieux, je m’étais fait un plaisir de lui demander un bon prix pour sa mort.
La chose fut réglée rapidement à partir du moment où j’eus trouvé sa cabane au fond des bois. Un balai fut brandi et arraché de ses mains frêles rapidement, une épée courbe trancha l’air et du sang s’écoula de sa gorge déchirée. Ses yeux n’exprimaient qu’une horreur indicible, je me sentis presque désolée, celui-ci n’avait vraiment rien vu venir. Mais après tout, je n’avais fait qu’écourter un peu sa vie qui de toutes façons se serait terminée dans pas longtemps vu son été de décrépitude. Je pris le temps d’essuyer ma lame avant de la ranger dans mon dos et de repartir à travers la forêt. Le soleil commençait déjà à se coucher, je devrais me trouver un endroit pas trop humide pour dormir en espérant ne pas avoir à tuer de goules en plein milieu de la nuit. Ces créatures étaient des plaies et il m’était déjà arrivé d’en croiser une fois. J’avais d’ailleurs bien faillit finir avec une vilaine cicatrice. Un bruit de bouche me fit sortir de mes pensées brutalement. Un clignement de cil plus tard et mon épée était dans ma main, position de combat adoptée, je tournais lentement sur moi-même pour voir d’où était venu le bruit. Mon regard se posa aussitôt sur un énorme rocher sur ma droite. Soit c’était une saleté de goule, soit c’était un humain qui m’espionnait ou qui n’était pas très futé. Quoi qu’il en soit, je n’était pas décidée à laisser quoi que ce soit derrière mon dos, j’allais tuer cette chose avant de repartir. Je fis le tour du rocher en silence comme seuls marchombres et mercenaires savent si bien le faire et lançais mon épée en avant jusque sur le cou de la créature.
Je pris le temps de respirer avant de faire quoi que ce soit. C’était un gamin. Seul. Il déplumait un piaf et avait quelques baies à côté, il se préparait visiblement un festin. Que j’aurais aisément pu manger si je le tuais. Mais sa bouille m’en empêcha. Je n’étais pas là pour faire des extras après tout, personne ne m’avait payée pour dégommer ce chaton perdu et j’avais un petit faible pour les gosses. Surtout ceux de sa trempe, qui savaient se débrouiller seuls, comme je l’avais fait autrefois alors que j’étais bien plus vieille déjà. Je relâchais lentement mes muscles et rangeais mon épée dans mon dos. J’avais toujours mes peintures de guerre sur le visage et j’imaginais aisément que non seulement il devait avoir peur de moi mais qu’en plus, il devait se douter que je n’était pas une gentille paysanne de Gwendalavir. Je reniflais doucement et pris la parole.
« Qu’est-ce que tu fais tout seul au beau milieu de la forêt petit ? J’ai bien faillit t’arracher la tête. » Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres. J’adorais inspirer le respect, même si c’était par la peur.


[HRP : Vraiment désolée pour le retard, j'ai été pas mal occupée depuis mon déménagement >< ]


© Gasmask


Dernière édition par Cara Baëlír le Mar 14 Avr - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spero Moorshine

avatar

Faiblesses : Force physique

Arme : Arc et couteau

Messages : 68
Branches : 6416
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Mar 14 Avr - 7:55


Encore une fois, Spero pu compter sur cette étrange force qu'était la chance et qui semblait veiller sur lui depuis toujours. Quelques millimètres de plus et l'histoire s'arrêtait là pour lui. Personne n'aurait jamais su ce qui était arrivé à ce gamin et probablement que ça n'aurait intéressé personne de toute façon. Spero avait peur, ça aurait été absurde de penser le contraire face à la surprise totale à laquelle il venait d'être confronté. Pourtant, des réflexes de survie prirent le déçu et ainsi il tenta de masquer ses émotions. Malgré ses efforts, son cœur battait la chamade. Cara rangea son arme. Spero ne songea même pas à essayer d'en profiter pour se défendre. Il savait déjà qu'il n'était pas de taille et que si elle avait décidé de le tuer il ne s'en sortirait probablement pas. Sa seule chance serait d'utiliser la ruse et de fuir dès que possible mais il ne connaissait pas assez la jeune femme face à lui et ses habilités pour courir ce risque. Elle lui demanda ce qu’il faisait là. Spero ne se souvenait pas avoir rencontré beaucoup de personnes mais était bien capable de comprendre pourquoi sa situation était particulière pour d’autres. Un enfant de son âge n’était pas censé se trouver seul en forêt, ou plutôt il n’était pas censé vraiment survivre aussi longtemps. Assis, n’ayant pas bougé depuis qu’il s’était retrouvé presque embroché par une épée, il prit son temps pour répondre. S’il répondait la mauvaise chose qui sait ce qu’elle lui ferait subir. En effet, malgré ce sourire, Cara était loin de rassurer Spero. Quelque chose chez elle le dérangeait vraiment. Peut-être ses étranges peintures qui lui couvraient le visage, c’était la première fois qu’il voyait ça et il n’osait pas lui demander si elle s’était simplement salie en tombant dans la boue.

- Je mange. Quoi répondre d'autre? C'était ce qu'il était en train de faire ou plutôt se préparait à faire avant qu'elle n'arrive. Spero se remis à déplumer l'oiseau. Il essayait de se calmer en se disant que si elle avait voulu le tuer elle l'aurait déjà fait. « Tu en veux?» lui demanda-y-il finalement en tendant l'oiseau déplumé. Il ne pensait pas arriver à manger tout ça et ne pouvait pas vraiment le conserver. En plus, peut-être quand lui donnant à manger il pourrait s'enfuir plus facilement ensuite. Il n’y avait pas vraiment de bonnes intentions dans le geste de Spero. Partager n’était pas vraiment quelque chose qu’on lui avait appris comme étant un acte bon. Les notions même de bien et de mal étaient assez floues chez lui. Tout n’était qu’une question de survie, les humains n’étaient que des animaux. Il fallait donc qu’il la distrait pour espérer fuir et il n’y avait pas de meilleurs moyens que la nourriture

Il fallait qu'il mange de toute façon alors Spero reprit ses préparatifs en rassemblant des branches pour préparer son feu. « Pourquoi tu es ici? » On ne lui avait jamais appris à ne pas parler aux étrangers. Spero reconnaissait les menaces et son niveau de sociabilité se limitait à ça. Le respect n'était pas une chose qu'on lui avait appris et le fait qu'il sache encore très bien parler tenait presque du miracle. Spero s'installa pour allumer le feu. Pas un instant il ne songea à demander de l'aide à Cara. Avec deux branches, il tenta de produire une étincelle comme son maître lui avait enseigné. Ce que Spero ignorait était que sa technique n'était pas des plus conventionnelles. Il frotta deux bouts de bois. Jusque-là, rien de bien étrange. Là où les choses étaient plus particulières c’était qu’il ne frotta les bouts de bois qu’une seule fois et un véritable feu embrasa les branche. Spero pensait savoir ce qu’il faisait. Du moins, il savait ce qu’il voulait. Pour avoir eu froid très souvent dans sa courte vie, il n’y avait rien de plus réconfortant qu’un bon feu. Des flammes dansants dans l’air, allant parfois jusqu’à lui lécher les joues. Bien satisfait de son feu, sans trop se soucier du regard qui pesait sur lui, Spero découpa l’oiseau pour le faire cuire plus rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Baëlír

avatar

Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 6122
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Mar 14 Avr - 11:21

Le démon a mille visages
Cara & Spero
And I have a tender spot in my heart for cripples and bastards and broken things.
▬ George R.R. Martin



Le petit avait l'air d'un oiseau prit dans un filet, bien qu'il essaya de ne pas le laisser paraître. Il tentait de calmer sa respiration trop rapide mais ses yeux qui ne cessaient de tourner dans tous les sens trahissaient son sentiment d'être pris au piège. Lorsqu'il n'essayait pas de trouver un échappatoire, il m'observait puis baissait les yeux sur la carcasse de son oiseau puis me regardait à nouveau. Je suppose que les peintures de guerre faisaient leur petit effet, comme d'habitude. Il me répondit avec une voix qui flanchait un peu et tenta très rapidement de se reprendre. « Je mange. Tu en veux ? » Sa question me laissa perplexe pendant un instant. Je ne compris pas pourquoi est-ce qu'il m'invitait à partager son repas alors qu'il semblait ne vouloir qu'une chose : fuir loin de moi et ne jamais me revoir. « D'accord, j'accepte de manger avec toi. Mais ça ne me dit pas ce que tu fais tout seul au beau milieu de la forêt. Tu as quoi ? Dix ans ? Quel parent laisse son enfant de dix ans seul à la merci de... Tous les danger de ce monde, hm ? » Méfiante, je ne risquais pas de baisser ma garde, je savais que le petit n'attendait qu'une occasion pour me prendre en traître et c'était très désagréable. Je n'arrêtais pas de me demander pourquoi je ne l'avais pas tué, j'aurais pu continuer mon chemin et peut-être arriver jusqu'au premier village avant la tombée de la nuit.
Mais non, j'étais restée là, visiblement pour manger un oiseau avec un gamin errant. Je m'assis en tailleur, dos au rocher. Temps qu'à être ici, autant manger un morceau, ça m'évitera de chasser moi-même. J'observais chaque geste de l'enfant avec attention. C'était des gestes précis, il savait ce qu'il faisait, il avait l'habitude de chasser et de se préparer sa nourriture lui-même. Sans doute un orphelin. Il était cependant admirable qu'il puisse survivre seul, comme un chasseur expérimenté. Il devait avoir un instinct de survie hors du commun. Lorsqu'il eu finit de plumer notre repas, il s'installa pour allumer un feu. Et c'est à ce moment que je fus vraiment stupéfaite. Le petit ne frotta ses deux bâtons qu'une seule fois et un grand feu prit. Pas une étincelle, pas une petite flamme, un feu, entier. Le petit était un dessinateur. Et il n'avait pas l'air mauvais en plus de ça. Il fallait absolument que je le ramène avec moi. Je me mis cette idée folle en tête. Je devais le convaincre de me suivre et de devenir mon disciple. Après tout, j'avais déjà formé un mercenaire du chaos, c'était grisant. Et cet enfant avait des qualités exceptionnelles. Il ne me restait plus qu'à le convaincre. « Dis moi, tu sais ce que je suis ? Tu te doutes que je ne suis pas une simple fermière des marches du Nord n'est-ce pas ? » Mes yeux brillants ne quittaient plus l'enfant. Je n'étais même pas sure qu'il soit au courant pour l'Art du Dessin, il avait l'air complètement perdu ce petit. Je pouvais lui offrir une vie d'aventure, de force, une vie amusante au possible avec un tas de possibilités.







© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spero Moorshine

avatar

Faiblesses : Force physique

Arme : Arc et couteau

Messages : 68
Branches : 6416
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Mar 14 Avr - 17:45


Il avait espéré qu’elle refuse sa proposition et parte, ça lui aurait beaucoup simplifié les choses. Mais non, il devrait rester avec elle et continuer à chercher une occasion de fuir. Spero était plus calme. De faire tous ces gestes qu’il connaissait si bien l’aidait à se remettre dans un élément qui lui était familier et ignorer un peu la présence de l’inquiétante étrangère. Elle posa sa question de nouveau en étant un peu plus précise à propos de ce qu’elle cherchait vraiment à savoir. Spero n’avait pas rencontré beaucoup de personnes dans sa forêt mais peu importe qui il croisait, il se faisait toujours poser cette question à propos de sa présence, seule et si jeune dans un endroit hostile. Spero ne savait pas vraiment quel âge il avait, il ne pouvait que comparer. Comme en ce moment, il savait qu’il était plus jeune que Cara. Spero voyait mal comment répondre. Il ne faisait rien de particulier dans cette forêt, il y vivait. « Je suis pas seul, mon maître est là aussi mais il est parti et n’est pas encore revenu. » Spero se disait qu’il devrait peut-être retourner sur ses pas voir s’il était rentré à la cabane mais avec le froid qui arrivait ce n’était peut-être pas une bonne idée de retourner là-bas en sachant que le maitre n’y serait peut-être pas encore.

Alors que Spero commençait à faire cuire leur repas, il remarqua que Cara semblait l’observer avec plus d’insistance. Quelque chose dans son regard avait changé, dans son attitude générale aussi. Elle paraissait tenter de lui inspirer moins de craintes. Spero ne comprenait pas trop où elle voulait en venir et il détestait ça. Il aurait voulu prévoir son prochain mouvement mais elle ne réfléchissait pas comme un animal qui fuit ou attaque. Ce qu’elle était? Il pouvait dire que c’était une jeune femme avec de la boue dans le figure. Ce n’était pas une fermière comme celle qu’il avait aperçu parfois de loin. Elle n’était pas aussi une guerrière, elle n’avait pas de grosse armure brillante. C’était en tout cas ce que Spero associait aux combattants. Elle ressemblait un peu plus à une chasseuse, comme son maître mais version féminin et plus jeune. « Tu es une chasseuse? » Il ne se doutait pas qu’il n’était pas si loin de la réalité mais surtout que cette réalité lui aurait paru totalement absurde. Car même sans notion clair du bien ou du mal, on lui avait appris que tuer c’était pour se nourrir ou se défendre rien de plus. Spero s’assit face à elle, gardant le feu entre eux comme séparation naturelle. Il savait qu’il n’était pas très menaçant, à cause de sa taille et de son âge surtout. Il comptait bien se servir de son apparence inoffensive pour se sortir de cette situation.

« Moi je suis un chasseur. Bah…pas encore mais c’est tout comme quand même. Le maitre dit que je vais être très doué. » Spero avait décidé de lui parler pour rester fidèle à sa stratégie : détendre l’atmosphère et fuir à la moindre occasion dès qu’elle aurait baissé sa garde. Ce n’était pas gagné d’avance. Son maitre était toujours dur avec lui mais c’était pour son bien. Spero n’avait donc pas conscience qu’il savait déjà en faire énormément pour un enfant de son âge. Il tendit une branche au bout de laquelle était accroché une partie de sa proie à Cara avant de prendre une bouché dans le morceau qu’il s’était fait cuire. « Alors, tu es quoi? » Il ne lui avait pas vraiment laissé le temps de répondre après tout. C’était si rare pour lui de pouvoir parler avec quelqu’un. Une part de lui était méfiante et aurait voulu se terrer dans le silence mais ce petit enfant qui avait si rarement l’occasion de ressurgir dans la personnalité de Spero était content de ne plus être seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Baëlír

avatar

Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 6122
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Jeu 23 Avr - 13:19

Le démon a mille visages
Cara & Spero
And I have a tender spot in my heart for cripples and bastards and broken things.
▬ George R.R. Martin



Le petit se contrôla de mieux en mieux au fur et à mesure de la conversation, à tel point que je ne pouvais plus discerner sa peur. Ce gamin était décidément très prometteur. « Je suis pas seul, mon maître est là aussi mais il est parti et n’est pas encore revenu. » Son maître hein ? Intéressant. Quel genre de maître pouvait bien habiter dans cette horrible forêt glaciale ? Un frontalier peut-être où un chasseur comme celui que j'avais tué lors de ma dernière mission si loin au nord. Un sourire se glissa soudain sur mes lèvres. Un souvenir venait de me revenir en mémoire soudain, un souvenir du soir où j'avais tué ce chasseur dans les bois, sans qu'il ne m'entende venir. Je lui avais proprement tranché la gorge et son dernier regard, avant de mourir, s'était  porté en direction de sa modeste cabane qui n'étais qu'à quelques pas. J'avais ensuite rattrapé son corps avant qu'il ne tombe par terre, et l'avais porté jusqu'à un endroit idéal où le brûler, dans une clairière. L'enterrer aurait prit bien trop de temps dans ces contrées arides où le sol était durcit par le froid. Et puis, il n'y avait personne pour sentir l'odeur de chair brûlée alentours. Du moins l'avais-je cru. Je me demandais maintenant si ce petit n'avait pas vécu avec ce chasseur, après tout, il n'y avait personne dans ces bois ou presque, beaucoup avaient peur des légendes, les goules, les loups géants des montagnes. « Et ce maître, comment s'appelle-t-il ? » J'avais toujours eu cette curiosité morbide qui consistait à connaître les proches des gens que j'assassinais. J'étais curieuse de savoir à qui je faisais du mal car finalement, tuer quelqu'un ce n'était pas vraiment méchant pour le mort, mais ça l'était pour ses proches qui en égoïstes finis, ne pouvaient que penser à eux-mêmes et à leur propre peine.
Pour répondre à ma seconde interrogation, le petit sembla m'observer un moment avant de répondre simplement. « Tu es une chasseuse? »
Je ne pus m'en empêcher, un éclat de rire résonna dans les bois. Une chasseuse, le gamin ne se doutait pas qu'il avait touché dans le mille. Je chassais effectivement, mais des animaux bien plus évolués que ceux que son maître chassais, pour ma part je chassais les humains. Je commençais à me demander si ce petit serait aussi influençable que je l'avais prévu. Il ne semblait pas idiot loin de là, il vivait seul dans la forêt, il n'avait pas besoin d'argent ou de richesse. J'allais devoir trouver un meilleur butin à lui apporter. Il vint s'asseoir en face de moi, ne laissant que le feu qu'il avait allumé entre nous. Il projetait une aura flamboyante sur le petit qui m'attirait et me fascinait. « Moi je suis un chasseur. Bah…pas encore mais c’est tout comme quand même. Le maitre dit que je vais être très doué. »
Quelle naïveté, quelle douceur. Et pourtant quelle force il cachait. Il était comme ce feu, il était magnifique mais il pouvait tuer. Comme je l'avais été pour mon maître quelques années auparavant. Il ferait un élève merveilleux. Je songeais vaguement à l'assommer s'il montrait une quelconque résistance à venir avec moi et lui répondit sans y penser vraiment. « Oh, ça je n'en doute vraiment pas. »
Il me tendit une branche où il avait embroché un bon morceau de l'oiseau, je la prit et la laissais au-dessus du feu pendant un long moment sans la lâcher du regard. Il me sortit de mes pensées soudainement. « Alors, tu es quoi? »
Je relevais aussitôt les yeux vers lui. Je ne savais pas s'il était assez fort pour entendre la vérité et l'accepter. A vrai dire, je ne le pensait pas. Et pourtant, ce n'est pas par un mensonge que je lui répondis.
« Je fais partie d'une confrérie que l'on appelle les mercenaires du Chaos. Je suis une mentaï. C'est un mercenaire du chaos qui maîtrise l'art du dessin. Nous avons des missions, comme les agents secrets. Et si tu la remplis bien, tu es bien payé. »
C'était assez bien résumé je suppose. Je me demandais toujours s'il savait qu'il possédait l'art du dessin. Je me demandais également s'il savait ce qu'était un mercenaire. Mais j'allais avoir ma réponse très rapidement, j'en étais certaine.






© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spero Moorshine

avatar

Faiblesses : Force physique

Arme : Arc et couteau

Messages : 68
Branches : 6416
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Sam 2 Mai - 6:35

Pourquoi elle voulait connaître le nom du maître? Spero ne comprenait pas. Son maître ne connaissait personne de toute façon. Du moins, c’était ce qu’il avait toujours cru au fond il ne le savait pas. « Moorshine, c’est comme ça que je dois l’appeler. » Il ne connaissait pas le prénom de son maître et avait même du mal à le considérer comme quelqu’un. Le maitre semblait parfois n’être qu’une idée, qu’un miracle tombé là par hasard cette journée dans la forêt où un gamin de quatre ans venaient d’être abandonné pour une seconde fois. Spero gardait des souvenirs de cet abandon. Il se souvenait du froid qui lui glaçait les os, de bout de pain sec qui ne calmait pas sa fin et cette étrange sensation de calme qui le gagnait petit à petit alors que l’envi de simplement dormir se faisait de plus en plus grande. Mais le maitre était venu le sauver. C’était grâce à lui qu’il était encore là à manger comme si de rien n’était avec une parfaite inconnu capable de lui faire la peau. Spero se sentait plus à l’aise de voir le feu qui les séparait. Le feu effrayait les bêtes dangereuses, non?

Cara éclata de rire, Spero conclut simplement qu’il s’était trompé. Mais, il ne connaissait pas tant de profession que ça, entre chasseur, fermier et guerrier, il n’y avait pas grand-chose pour lui. Il fut donc particulièrement curieux de savoir ce qu’elle était. Ce qui nous ai étranger a toujours quelque chose d’attirant. Spero était conscient qu’il ignorait beaucoup de choses mais avait une soif d’apprendre. Plus on en savait dans la vie, mieux on pouvait se préparer et s’en sortir. C’était comme ça, il fallait être prêt à tout. Encore très jeune, Spero n’avait pas conscience que c’était tout à fait impossible. Il écouta attentivement l’explication de Cara mais avait beaucoup de mal à comprendre de quoi elle parlait. Des mercenaires? Qu’est-ce que c’était au juste? Et puis, l’art du dessin? Elle savait faire de jolies portraits c’est ça? Et pourquoi vouloir de l’argent? Qui avait besoin de pièces de métal ne pouvant servir de pointes de flèches?

Prenant la peine de terminer sa bouchée pour réfléchir à tout ça, Spero finit cependant par interroger son interlocutrice. « Je ne comprends pas…c’est quoi un mercenaire? » Une chose à la fois. Peut-être que de savoir ce que ce premier mot signifiait l’éclairerait sur la signification des autres qui lui posaient problèmes. En attendant sa réponse, Spero continua avec ses activités normales. Il retourna vers son barda et rapprocha un tas de plumes et un tas de brindilles de sa place. À partir de là, il se mit à confectionner des flèches avec les pointes qu’il avait en réserve dans son sac. Il avait l’habitude et ça se voyait dans la précision de ses gestes. Pourtant, c’était encore un débutant et il observait attentivement chaque étape pour s’assurer de ne pas faire de gaffe. Cara ne lui parla pas encore du fait qu’elle tuait de gens, sans doute se doutait-elle qu’il risquait d’être sous le choc s’il l’apprenait. « Alors pourquoi tu parles de dessin? » Quelqu’un qui faisait des missions pour d’autres personnes n’avaient pas besoin de faire des dessins, non? Il ne se doutait pas du tout que c’était quelque chose de bien plus complexe que de tracer quelques traits et il ne se doutait pas du tout non plus qu’il venait tout juste lui-même de pratiquer et à quel point ce don pouvait être utile. Quand elle commença à lui expliquer, Spero arrêta tout ce qu’il était en train de faire. Il était visiblement intéressé parce qu’elle racontait, ou c’était plutôt qu’il avait beaucoup de mal à comprendre quelque chose qui lui semblait au fond si absurde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Baëlír

avatar

Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 6122
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Mer 6 Mai - 12:14

Le démon a mille visages
Cara & Spero
And I have a tender spot in my heart for cripples and bastards and broken things.
▬ George R.R. Martin



Lorsque le petit me dit le nom de son maître, ou plutôt son défunt maître, je ne pus m'en empêcher : un petit rire s'échappa de mes lèvres. Le destin nous jouais parfois d'étranges tours. Pourquoi mettre maintenant sur ma route ce petit si prometteur, dont j'avais assassiné le maître quelques mois ou années, je ne sais même plus, auparavant ? L'enfant ne cessait plus de me poser des questions. Et qu'est-ce qu'un mercenaire ? Et qu'est-ce que le dessin ? C'était un grand curieux, une jolie qualité pour l'instant mais qui devrait s'effacer un peu en grandissant, sinon cela deviendrait une vraie plaie. Je me doutais qu'il ne viendrait jamais avec moi de son plein gré maintenant. Pas si je lui disais que j'avais assassiné l'homme qui l'avait recueillit et aidé alors qu'il allait mourir, seul, dans la forêt. Je me disais même qu'il pourrait essayer de m'attaquer, de me tuer, ça pourrait être très drôle.
Malgré cela, je décidais d'être franche avec lui, mentir, je le faisais constamment au quotidien, alors que dire la vérité, là était la véritable tâche ardue. « Un mercenaire, c'est quelqu'un qui tue pour de l'argent. Un assassin. C'est ce que je suis. Et le dessin est un art que beaucoup pratiquent à un faible niveau et très peu maîtrisent très bien. Cependant, si tu le maîtrises, tu peux faire tout ce qu'il te chante. » Je lui fis une petite démonstration en faisant apparaître une rose au coin de ma paume et en la lui tendant.
Je croquais dans mon bout d'oiseau brûlant avant de continuer. «Ton maître est mort petit, il ne reviendra pas alors cesse de l'attendre. Et si tu veux savoir pourquoi je suis cruelle au point de te dire ça, tu peux te dire que je suis bien plus cruelle encore. Car c'est moi qui l'ai tué. » Très calme, je continuais à manger en jetant un regard en coin au petit, attendant sa réaction.
Bien entendu, je n'avais pas su qu'il élevait un enfant. Et même si ça avait été le cas, je l'aurais de toutes façons tué quand même, j'aurais simplement pris le petit et l'aurait amené dans un village où je lui aurait assuré une famille contre quelques pièces. Les enfants, je ne les tue que lorsque cela fait partie de la mission, si ce n'est pas le cas, je m'assure qu'ils restent en vie. Et puisque je ne fais pas vraiment ce que je fais pour l'argent, je peux me permettre de dépense celui-ci pour faire ce que je veux, y compris aider de pauvres orphelin dont j'avais tué les parents.




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spero Moorshine

avatar

Faiblesses : Force physique

Arme : Arc et couteau

Messages : 68
Branches : 6416
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   Dim 17 Mai - 4:34


Spero avait du mal à comprendre. Tuer quelqu'un pour de l'argent? Il ne voyait pas la logique. Il ne pouvait pas dire si c'était mal ou non. Déjà, il n'avait pas trop conscience de l'utilité et la valeur de l'argent. Il vivait dans les bois, il n'avait pas besoin de ça. Il écoutait attentivement Cara. Ce qu'elle racontait l'intéressait vraiment car ça lui était totalement étranger. Il vit la rose se former dans sa main dans arriver à comprendre comment elle avait fait ça. Ça ne pouvait pas être normal. Il resta captivé un moment jusqu'à ce qu'elle dise ces mots. Elle l'avait tué? Pourquoi aurait-elle tué le maître? C'était insensé. Spero commença par ne pas la croire mais en voyant ce sérieux empreint d'indifférence il dû accepter. C'était étrange, tant de sentiments qui lui étaient étrangers jusque-là naquirent en lui. L'incompréhension fut rapidement remplacée par une tristesse insoutenable. Spero réalisait que son maître ne reviendrait plus jamais. Mais pire encore, il réalisait qu’il était à nouveau seul. Oui, son maître avait l’habitude de partir quelques jours parfois en le laissant derrière mais il savait que c’était temporaire. Maintenant, il réalisait que c’était fini. Il allait rester entièrement seul. Mais l’émotion la plus forte qu’il ressenti alors fut la colère. C’était de sa faute à elle!

- Pourquoi! C’était aussi un enfant, ce qui expliquait sans doute sa réaction. Il n’était pas capable de se maitriser. Il attrapa son arc et une flèche. Dans sa colère, il restait assez rapide, mais sans doute pas assez contre Cara. Avait-il réellement l’intention de lui faire du mal? En supposant qu’il aurait pu réussir, ce qui était plus qu’improbable, c’était surtout qu’il ne réfléchissait pas. Dans sa hâte, il tira et même si elle était tout près, il la rata complètement. C’était sa faiblesse, ses émotions. Peut-être qu’avec le temps il saurait s’endurer suffisamment pour passer outre ce genre de peccadilles. Il était déjà bien plus disposer à devenir un guerrier que la plupart des autres gamins de son âge. Spero aurait voulu partir, s’enfuir et retourner à la cabane pour attendre son maître. Peut-être qu’elle mentait. Mais retourner là-bas revenait à attendre bêtement la mort. Avec l’hiver qui approchait, Spero ne pouvait pas rester là, il devait se diriger vers le sud.

Pour l’instant, il l’ignorait mais il venait d’essayer de tirer sur une mentaï et c’était probablement une très mauvaise idée. Peut-être qu’elle aurait un peu de pitié pour se gamin inoffensif contre quelqu’un comme elle et qui ne faisait que témoigner son chagrin de se retrouver plonger dans une solitude dont il ne sortirait peut-être pas vivant.


HRP: Désolée pour le temps de réponse .-.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le démon a mille visages...(Cara)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le démon a mille visages...(Cara)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aphrodite la déesse aux mille visages [Terminée]
» Lyra H. Nolan * La fille aux mille visages
» L'automne en mille morceaux!
» Le Lac aux Mille et un Secrets
» CANADA -- MILLE-ISLES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-GWENDALAVIR- ::  :: Les marches du nord-
Sauter vers: