AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 4802
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Lun 16 Mar - 20:13


       
Cara Baëlír
Les mercenaires du chaos apportent la mort, un mentaï est la mort.


       

       
Je suis Cara Baëlír et j'ai actuellement 24 ans. Je suis né(e) dans les plaines du souffle. Je suis une Humaine et je suis une Mentaï qui pratique l'art du dessin. Je suis célibataire. Je fais partie des hommes de l'est. Je suis incarné par Alycia Debnam-Carey.

       


       
Anecdotes




       
Cara n'a pas vu sa famille depuis des années. Elle est à la limite entre le bien et le mal, un rien pourrait la faire basculer d'un côté ou de l'autre. Sociable, elle aime garder de nombreux amis en dehors des mercenaires du chaos même si la plupart ne la connaissent pas sous son vrai jour. Elle est considérée comme une mentaï d'exception, rapide et efficace, bien que personne ne sache le combat qu'elle mène en elle même. Son ami et amant a été assassiné sous ses yeux. Elle a beaucoup voyagé à travers le monde. Elle sait faire le grand pas sur le côté mais a beaucoup de mal à l'effectuer et a peur de rester coincée un jour dans l'autre monde. Très lunatique, elle a également deux personnalités bien distinctes et sait laquelle montrer à qui. Cara pense que tuer n'est pas méchant, c'est ainsi que va la vie, on naît et on meurt. Elle n'a jamais été amoureuse et n'a plus jamais eu de relation très proche avec quelqu'un depuis Ashan.
       


       
Votre histoire






Je suis née quelque part dans les plaines du souffle il y a plus de vingt quatre ans. Ma mère et mon père étaient des Haïnouks, des Fils du Vent. Nous vivions, avec ceux que nous appelions notre famille, sur de grands navires à roues et à voiles, ils nous emmenaient partout où le vent voulait bien nous conduire et nous vivions tous en harmonie. Mon peuple était un peuple pacifique rempli d'une grande joie de vivre comme tous les Haïnouks ou presque, nous restions la plupart du temps dans les plaines, à voguer, à vivre tranquillement. Très peu d'étrangers n'étaient autorisés à nous rendre visite, nous ne faisions jamais monter personne chez nous, je n'avais pas d'amis en dehors de ma famille et ne savais rien du monde. Seulement, j'étais une petite fille extrêmement curieuse, je voulais tout savoir et tout comprendre, je posais des questions sans cesse et mes parents me répondaient inlassablement sans jamais en sembler las. Je grandis dans une solitude profonde bien que je sois très entourée, j'avais besoin d'amis et je n'en avais aucun qui me convenait chez moi. Je n'avais qu'une envie, c'était quitter le navire. Seulement, je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait dehors et j'avais une petite soeur que je devais protéger et aimer ici. Alors je me retins pendant longtemps.


Ce n'est que lorsque j'eus dix sept ans que je demandais à mon père comment c'était dehors, je lui avouais que j'avais envie de partir, envie de liberté, celle qu'on prônait ici mais que je n'avais pas l'impression d'avoir, celle qui me manquait profondément. Mon père poussa un soupir et me dévisagea pendant un long moment. Je n'oublierais jamais la profondeur de ses yeux émeraude. Il m'expliqua brièvement comment il voyait le monde, violent, destructeur. Il était selon ses dires rempli de tueurs, de violeur, de pirates, de pilleurs, de menteurs. On ne pouvait faire confiance à personne, il me demanda de rester et je faillit dire oui en voyant à quel point ça le peinait que je parte, mais je ne pouvais plus. Cette vie-là n'était pas pour moi. Le lendemain, j'avais donc empaqueté mes maigres affaires et je dis au revoir à ma famille. Je ne savais pas encore que ce serait la dernière fois que je les verrais mais je suppose que c'est mieux comme ça, nous n'appartenons plus au même monde, et même si je les cherchais vingt ans durant dans les plaines du souffle, je ne suis même pas sûre de les retrouver un jour. Le plus dur fût de dire adieu à ma petite soeur. Je m'en voulus de la laisser mais je devais vivre, et pour cela, je devais m'en aller. J'attendis d'avoir tourné le dos au majestueux navire qui m'avait accueillie en son sein pendant dix sept ans avant de lâcher quelques larmes qui furent bien vite effacées par l'excitation du voyage. Et premièrement, j'allais me rendre à Kataï. Cette ville avait des relations privilégiées avec les Haïnouks et mon père s'y était rendu plusieurs fois par le passé. Il m'avait donc indiqué la direction précise en me souhaitant bonne chance. Tandis que ma mère et ma soeur n'arrêtaient pas de pleurer, il avait été le seul à rester fort. J'avais plusieurs jours de marche pour aller à Kataï, j'avais donc des provisions ainsi qu'un couteau de chasse que mon père m'avait donné avant de partir au cas où je serais attaquée. J'étais très excitée par cette idée, me demandant ce que ça me ferait de tuer quelque chose ou pire : quelqu'un. J'en riais. J'arrivais cependant à Kataï sans encombre. Je trouvais immédiatement la ville fantastique. Elle m'apparut immense et magnifique, les bavardages et les commerces animaient les rues, il y avait des couleurs et des rires partout, ça me paraissait merveilleux. J'y rencontrais celui qui deviendrait mon meilleur ami et mon amant pendant plus de six mois, Ashan. Il était magnifique, il avait de grands yeux bleus et la peau tannée par le soleil. Il avait une vingtaine d'année et la première fois que je le vis, il vendait des fruits dans la rue commerçante de Kataï. Ashan tomba immédiatement amoureux de moi et voulu me suivre dans toutes mes aventures, peu importe si nous n'avions pas de métier, pas d'argent, rien que nos présence chaque jour.


Nous voyageâmes de Kataï à l'ancienne Valingaï, détruite par les Khazargantes puis nous traversâmes l'échine du serpent, une chaîne de montagne à l'est des plaines du souffle. Nous sommes arrivés à Huringaï des étoiles plein les yeux, avec l'impression d'avoir parcouru la totalité du monde, d'avoir tout vu, tout fait, tout vécu alors même que nous n'avions même pas vingt ans. C'est à Huringaï que nous avons rencontré un vieil homme qui avait voyagé dans sa jeunesse, il nous dit que bien plus à l'est s'étendait la mer des brumes, qui séparait notre continent d'un pays plus petit appelé Gwendalavir. Je décidais aussitôt que je voulais m'y rendre et nous reprirent notre chemin à travers la vallée. Nous avons suivis le Lazuli jusqu'aux maris d'Ourou puis sommes descendus un peu plus bas à travers la forêt où le vieillard nous avait assuré que résidais un passeur qui nous emmènerait en Gwendalavir en bateau. En rencontrant l'homme en question j'eus une mauvaise impression mais me retint. Il avait de nombreux tatouages et sentait la citronnelle mais il avait effectivement un bateau. Lorsque nous avons embarqué sur celui-ci avec tout son équipage, l'homme, qui se nommait Rord et qui était le capitaine, ne prit pas la peine de nous dire un mot, il trancha simplement la gorge d'Ashan et le fit basculer par dessus bord. La scène s'était déroulée en une seconde et je n'avais pas eu le temps de vraiment mesurer l'ampleur de la situation. Le fait est que j'étais la seule femme sur un navire de pirates Alines et que mon seul ami venait de se faire subitement assassiner. La colère me prit soudainement, une colère sourde, qui ne me lâcherait pas avant un bon moment. C'est à ce moment-là que mon don se déclara. Je n'avais fait qu'imaginer une épée courbe comme j'en avais vu à Kataï, je l'avais imaginée dans ses moindre détails, chaque trait était parfait et l'épée apparut au creux de ma paume. J'étais une dessinatrice. Un petit cri de surprise fut lâché par l'un des pirates lorsque je me fendais en avant pour essayer en vain de déchirer l'abdomen du capitaine. Celui-ci n'eut aucun mal à me désarmer et j'eus beau me débattre, il m'emmena contre mon gré dans la cale du navire en défendant quiconque de me toucher. Je pense que ma petite démonstration l'avait étonné et certainement un peu impressionné. A vrai dire, elle m'avait impressionnée moi-même. Bien entendu, il était courant sur le continent de croiser des personnes possédant le don de la volonté, ma mère elle-même le possédait. Mais je n'avais pas prononcé un seul mot pour faire apparaître l'épée et c'était là ce qui n'était pas vraiment compréhensible. Quelques jours plus tard, le capitaine revint me voir et me proposa un marché. Il voulu m'offrir sa protection en échange d'un entraînement pour devenir son second au sein de son navire. Il avait vu mon potentiel et voulait l'exploiter au maximum. J'ai bien entendu accepté, ce n'était pas le genre de marché que l'on peut se permettre de refuser.


J'apprenais vite et en moins de six mois, je m'étais fait une place de choix au sein de l'équipage. Tout le monde m'adorait, j'étais aussi douce et féminine que volontaire et sanguinaire. Je pouvais tuer quelqu'un sur un coup de tête ou supplier de l'épargner parce qu'il me plaisait. J'étais lunatique et les pirates alines aimaient ça. Je me fit vite une réputation, un nom, que tout le monde murmurait dans les villes côtières. On m'appelait Sudra la sombre. Et je dois admettre que ce nom me rendait fière, et les rumeurs qui circulaient sur mon compte tout autant. On disait que j'étais d'une beauté sans limites et que quiconque avait le malheur de me voir mourrait instantanément par je ne sais quelle malédiction.
C'est à cette époque que j'appris beaucoup sur les hommes, le poids des rumeurs et de la peur. Je compris qu'il suffisait que les gens croient en quelque chose pour le rendre effrayant. Je compris qu'il me suffisait de faire peur pour vaincre. Je commençais donc à me peindre lorsque nous faisions des raids, mes peintures de guerre étaient très efficaces, les gens pensaient que j'étais une sorte de barbare venue de très loin à l'est. Mon équipage et moi avons tous finis par se peindre un voile noir sur les yeux lorsque nous allions piller et bien vite notre navire fut appelé Les voiles de la mort. Cette vie me plaisait et je suis restée plus d'un an et demi avec les pirates. Pendant nos escales dans différentes villes de Gwendalavir, j'entendis parler des différents groupes qui régnaient sur le pays. Et plus particulièrement, j'entendis parler des mercenaires du chaos. Personne ne les connaissait, ne savait qui ils étaient, où ils étaient, ce qu'ils préparaient. Mais tous avaient peur d'eux, les maudissait. Ils avaient une réputation sanglante qui me plut aussitôt. Qu'on soit clairs, je n'ai jamais été foncièrement mauvaise, il est vrai que je tue parfois alors que je n'en suis pas obligée, il est vrai que je tue, mais j'aime être respectée, j'aime inspirer la peur et l'admiration, j'aime sentir la lame de mon épée courbe trancher des gorges, poignarder des poitrines, taillader des abdomens. Parfois je me demande si je ne suis pas complètement folle, surtout quand je pense que ce que je fais n'est qu'un métier comme un autre, un hobbie en quelques sortes. La vérité c'est que c'est moi qui les ai cherchés, je les ai tellement cherchés que j'ai finis par en trouver un et l'ai supplier, la lame sur sa gorge, de me prendre comme apprentie. Il a accepté. Et voilà comment je suis devenue ce que je suis aujourd'hui, une mentaï.



Mon maître était un mentaï lui aussi, il connaissait l'art du dessin et s'en servait au maximum de ses capacités, il était même capable de faire le grand pas. Il m'enseigna tout ce qu'il savait, des techniques de combat ahurissantes, l'art du dessin, la méditation, le silence, la rapidité. Tout ce que j'ai aujourd'hui, c'est lui qui me l'a donné. Aegard. C'était son nom avant qu'il ne meurt pendant une mission dans l'autre monde. Quand à moi, je suis restée à Al-Jeit où je vis maintenant. Je ne vais que très peu dans le repaire des mercenaires mis à part pour les rencontres officielles ou moins officielle ou lorsque l'on me convoque pour une mission. Je suis peut-être une grande méchante, mais il n'y a qu'un pas entre la grande méchante et la grande enfant qui se côtoient dans mon coeur. J'ai peur de faillir à une mission un jour et de devoir rendre mon tablier auprès des mercenaires, qui, contrairement à l'opinion publique, ne sont pas tous des monstres sanguinaires, certains se sont simplement perdus en chemin. Et c'est mon cas. 

       

       

       
Derrière l'écran se cache Calypsie. J'ai 20 ans et je RP depuis 6 ans. J'aime les bonbons, les smileys, jouer à LoL, en revanche je déteste qu'on me répète ce que je dois faire 10 fois  :pluie: . J'ai découvert le forum par le biais de PRD et je le trouve Super joli  :love: .

       

        ©️ By Halloween



       


Dernière édition par Cara Baëlír le Mer 18 Mar - 19:08, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Lun 16 Mar - 20:18

A nouveau bienvenue parmi nous :love2:

N'hésite surtout pas si tu as des questions et tu vas tout déglinguer avec Alycia :happy:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 4802
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Lun 16 Mar - 20:33

Merci beaucouuuup :haan:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : Sweetie Plum

DC : //
Messages : 45
Branches : 5063
Date d'inscription : 01/03/2015
Localisation : Repère des Mercenaires du Chaos

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Lun 16 Mar - 23:05

Haaaaan un mercenaaaaaaaaaaaaaaaire !!! :froufrou: :hug: :haan: :runheart: :bav: :love3: :love3: :unicorn: :larme: :cookies: :froufrou: :cc: :haan: :runheart: :runheart:

Comment j'suis trop happy !! Very Happy

Bienvenue par ici miss !!! Very Happy

Il nous faudra un lien de la mort qui tuuuuue !!! :larme: :haan: :runheart:

à bien vite !! :heart2:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 4802
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Mer 18 Mar - 17:10

Meeeerci beaucouuuup ! Et oui, le lien de la mort qui tue JE PRENDS :love3: :love3: :haan: :haan:

EDIT : Waw, bon je pense avoir fini :c
Je suis étonnée de mon personnage moi-même :machiavélique:
Je suis pas sûre que tout soit crédible donc si quelque chose ne va pas, il suffit de me le dire, je modifierais des morceaux :heart2:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : Coatlicue (Irë)

DC : Shaaran Aluzis
Votre tête :
Messages : 209
Branches : 5334
Date d'inscription : 20/01/2015

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Mer 18 Mar - 18:18

Hey :cc:

Alors tout est cohérent Cara est vraiment intéressante :love:

Par contre pour ton groupe, on se fixe sur le lieu de naissance donc tu serais plutôt chez les Hommes de l'Est même si tu vis à Al-Jeit Smile Je te laisse rectifier ça puis je te valide :happy:


Une vie pour une vie
La liberté ne réside pas que dans les gestes, elle est surtout morale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Faiblesses : Tiraillée entre le bien et le mal, elle a peur de flancher. Elle a du mal à faire le grand pas et à peur d'être coincée dans l'autre monde.

Arme : Une épée courbe, un poignard acéré.

Votre tête :
Messages : 112
Branches : 4802
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Mer 18 Mar - 19:08

C'est fait merci :heart2:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : Coatlicue (Irë)

DC : Shaaran Aluzis
Votre tête :
Messages : 209
Branches : 5334
Date d'inscription : 20/01/2015

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   Mer 18 Mar - 19:18




Tu es Validée !
Bienvenue chez les Hommes de l'Est

Hey :cc:

Je trouve ton histoire cohérente, comme je l'ai dit avant Cara est vraiment intéressante, j'aime aussi beaucoup son caractère :unicorn:
Elle est méchante mais en même temps avec un côté enfantin qui me plaît  :calin:

En tout cas, j'ai bien hâte de RP avec toi :machiavélique: parce qu’avec toutes tes aventures tu vas pouvoir avoir des liens de foouu :runheart:  :muah:  :jedi:  :hi:

Réserve moi un lien en tout cas !
 
 
Et maintenant ?

Bravo, tu es validée ! Mais avant d'aller arpenter Gwendalavir pour étancher ta soif d'aventure et de RP, sache que je reste à ta disposition pour répondre à tes questions sur l'univers, le forum ou autre ... Tu peux m'envoyer un MP, ou bien poster ici, c'est comme tu le sens !  
 
Je ne conseille que trop d'aller ouvrir un sujet à ton nom pour que les membres viennent te réclamer des liens ! Et aussi là-bas pour trouver des camarades de RP.  
 
En ce qui concerne l'intégration, let's go to the flood, ou tu peux venir squatter la ChatBox !  
 
Et puis, je crois bien que c'est terminé pour les dernières petites informations !  

Il ne me reste qu'à te souhaiter de passer d'excellent moment sur le forum   :unicorn:  


Une vie pour une vie
La liberté ne réside pas que dans les gestes, elle est surtout morale.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cara ✝ "Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Le pacte des mercenaires du chaos
» 1000 Mercenaires du Chaos !
» [Mercenaires] Premier essai de liste
» Les triplés [Mercenaires]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-GWENDALAVIR- ::  :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: