AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'intuition première, la force du premier regard, un sentiment qui reste gravé... {with Spero}

Aller en bas 
AuteurMessage
Wellan Dil'Syol
Les mercenaires de chaos apportent la mort,un Mentaï EST la mort!Je suis le Chef des Mercenaires
avatar

Crédits : Sweetie Plum

DC : //
Messages : 45
Branches : 6568
Date d'inscription : 01/03/2015
Localisation : Repère des Mercenaires du Chaos

MessageSujet: L'intuition première, la force du premier regard, un sentiment qui reste gravé... {with Spero}   Jeu 5 Mar - 22:15



Les missions, c’était lui qui les donnait. Ou plutôt les ordonnait. Et cela, depuis un peu plus d’un an déjà. Depuis qu’il était devenu le chef des Mercenaires du Chaos. Sa position, il en était fier. Il l’avait mérité, plutôt deux fois qu’une même. Il faut dire qu'il avait travaillé dur, sans relâche, pendant sa formation de mercenaire, mais aussi après pour obtenir ce respect. Remplissant avec brio les missions qu’on lui confiait, obéissant aux ordres de ses supérieurs, faisant régner à chaque fois un peu plus de Chaos sur les Terre de l’Est. C’était bien simple, chez les mercenaires, une seule règle existait : la loi du plus fort. Partant de ce principe, une hiérarchie c’était instaurée de façon naturel. Et si un mercenaire n’était pas d’accord avec l’ordre ou la décision d’un de ses supérieurs, Libre à lui de le faire savoir, de le défier pour tenter de prendre sa place. Les bains de sang, c’était chose coutume chez les Mercenaires, bien qu’ils évitaient de se provoquer les uns contre les autres. Ils n'étaient déjà pas nombreux, mais savaient également se montrer intelligent et malin et reconnaître lorsque l'adversaire était plus fort. Semer le Chaos : oui. Se suicider : non. Leur frustration était, par conséquent, souvent reportée contre des pauvres paysans croisés le long d’une route.

Depuis son arrivé sur l’île des Mercenaires, Wellan n’était pas retourné en Gwendalavir. La plupart des missions et la quasi-totalité des vivres étaient récupérés sur la Terre de l’Est. Et cela depuis le début de leur replis. C'était un stratagème mis en place afin de se protéger. Après la bataille qui avait mis à très rude épreuve la guilde, les réduisant à une cinquantaine de membres, faire profil bas était la meilleure tactique à adopter. Mais voilà plusieurs mois déjà, que le conseil des mercenaires dont Wellan était le Chef avait décidé qu’il était temps de sortir de l’ombre. D’autant plus que le gouvernement était instable en ce moment, et des rebelles commençaient à s’élever contre l’Impératrice. Une incompétente, ils avaient entièrement raison. Le moment était idéale pour revenir, semer ici et là le Chaos. Les meilleurs mercenaires étaient donc dépêchés, avec des missions précises. Faire le plus de dégâts, tuer une personne ou toute une famille, rapporter des informations quant aux mouvements des troupes impériales, surveiller les Frontaliers… Les missions ne manquaient pas, et malgré le nombre croissant des mercenaires, il fallait trouver d’autres recrues.

C’est comme ça qu’il se retrouva à bord d’un navire, direction Gwendalavir. Le plan était simple et efficace. Ils avaient une semaine, lui et ses compagnons pour arpenter la jungle d’Hulm. Wellan n’y avait jamais mis les pieds, il ne la connaissait que de réputation. Elle était dangereuse, remplie de créatures très peu recommandables, mais surtout le refuge parfait des hors-la-loi. La végétation y était dense, rendant l'atmosphère presque étouffant par endroit. Et l'air était chargé d’humidité, surtout aux abords de la rivière de Loutoubre que le navire avait remonté pour s'enfoncer dans les Terres. Wellan s'était déplacé en personne pour cette mission, car si la région était peu fréquenté, en tout cas, le risque de croiser un Frontalier ou un garde de l'empire y était très faible, dissimuler le navire était tout de même nécessaire au cas où un hors-la-loi rapportait des informations à l'empire afin d'être gracier. Avec ses talents de dessinateur, Wellan était capable de crée comme une toile géante, une sorte de peinture tout autour du bateau pour le masquer en imitent de décor. Mais aussi doué qu’il soit, les dessins ne sont pas éternel. Et il devait le remettre en place presque deux fois par jours pour être sûr de ne pas se faire démasquer. Pendant que ses compagnons iraient arpenter les bois à la recherche de recrues potentielles, lui resterait à proximité du camp de base pour diriger les opérations et maintenir en place son Dessin.

Wellan rouvrit les yeux, regardant peu à peu le navire disparaître de nouveau, un sourire de fierté s'étirant sur ses lèvres alors qu'il contemplait son Dessin se remettre en place. Il resta silencieux, écoutant les feuilles des arbres chanter. Ses hommes ne reviendraient pas avant trois bonne heure. Personne ne trouverait le navire, il pouvait donc se permettre de faire quelques pas, de s'éloigner un tout petit peu. Sa démarche était souple, fluide, aérienne. Ses pas calculés. Pas une branche ne craquait sous son poids, comme s’il était une plume. Il glissait sur la mousse qui tapissait le sol, comme le vent sur une étendue désertique. Se faufilait entre les arbuste comme l'eau entre les rochers. C’était un mercenaire. Passer inaperçus était l’une de leur caractéristique. Un talent qu’il partageait avec la guilde des MarchOmbres. Il continuait son chemin, quand un son très ténu, lui fit tourner la tête. Il croisa alors le regard d’un garçon. Ce dernier était assez loin et plutôt bien dissimulé. Un bref coup d’œil et trente seconde d’écoute supplémentaire lui apprirent que personne d’autre n’était dans les parages. Intrigué de rencontrer un garçon qui semblait jeune seul, Wellan s’approcha en l'interpellant : « qu'est-ce que tu fais ici tout seul petit ? »




Dernière édition par Wellan Dil'Syol le Ven 6 Mar - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spero Moorshine

avatar

Faiblesses : Force physique

Arme : Arc et couteau

Messages : 68
Branches : 6601
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: L'intuition première, la force du premier regard, un sentiment qui reste gravé... {with Spero}   Jeu 5 Mar - 23:42


Spero était épuisé et blessé, perdu dans la jungle. Bien avant de se retrouver aux abords de cette jungle, il avait erré longtemps dans les forêts du nord qu’il connaissait bien. Pourtant, le froid avait fini par le rattraper. Il avait dû choisir entre rester dans la forêt et risquer de geler ou descendre vers le sud en espérant trouver un climat plus clément mais une région qu’il ne connaissait pas. C’est donc par choix qu’il quitta la forêt avant de traverser les montagnes. La faim fut la première à se faire sentir. Spero avait prévu certaines réserves mais les racines séchées qu’il trainait dans son barda n’étaient pas toujours des plus nutritives. Les animaux se faisaient rare dans les montagnes et se fut le soulagement d’en descendre en apercevant au loin la cime des arbres. À bout de force, l’enfant se retrouva face à un nouvel obstacle, une large rivière qui lui barrait la route. Il n’avait jamais appris à nager et n’allait certainement pas plonger tête première là-dedans. Pour se donner le temps de réfléchir à une solution, Spero se rabattit sous quelques arbres pour s’installer un petit campement. De là, il observa à l’occasion quelques rafiots descendre la rivière pendant plusieurs semaines. Ça lui donna une idée. Il n’avait rien d’un grand navigateur mais pensait pouvoir réussir. Les jours qui suivirent furent consacré à la confection d’une hache de fortune en pierre puis à l’abattage de quelques arbres. Il les relia entre eux avec une corde d’écorce tressé et garda un long tronc d’arbre très étroit pour essayer de se guider jusqu’à la rive.

La nuit précédant la traversé, il eut la chance de capturer un lièvre et de manger son premier vrai repas depuis un bon moment déjà. Le lendemain, il mit son rafiot à l’eau et y monta d’un pas déterminé. Le courant était plus fort qu’il ne l’avait jugé et il descendit une partie de la rivière avant de réussir à s’approcher de la rive. Alors que la terre s’approchait, son radeau heurta une pierre de plein fouet et il se retrouva à l’eau avec tout son barda. Heureusement, Spero réussi à s’accrocher à la racine d’un arbre poussant au bord de l’eau. Il sentait la racine lui glisser des mains alors qu’il luttait pour garder la tête hors de l’eau. Son poignet gauche se tordit et il grogna de douleur. Il ne pouvait pas lâcher, c’était hors de question. Il réussit miraculeusement à se hisser sur la rive, bien reconnaissant d’avoir pu reprendre un peu d’énergie avec le repas de la veille. Mais, dans cette mésaventure, il avait perdu presque toutes ses flèches et tout son matériel était trempé. Spero resta allongé sur la rive un moment pour reprendre son souffle. Il se redressa finalement et le paysage qui se dessinait devant lui semblait venir d’une autre planète. La jungle était dense et il faisait déjà particulièrement humide.

Prudemment, il s’enfonça dans la jungle. Il ignorait ce qui l’attendait et ne se doutait même pas de la dangerosité de l’environnement dans lequel il venait de mettre les pieds. Spero finit par poser ses affaires au pied d’un arbre. Son poignet le faisait souffrir, son cœur battait encore la chamade, il devait se reposer mais ce n'était pas une option. Espérant aider ses fourrures à sécher, il les étala sur le sol sans trop d’espoir. Il ramassa quelques herbes et branches au sol pour s’allumer un petit feu. Quand il avait quelque chose à brûler, Spero n’avait jamais de mal à faire un feu. Il espérait que la flamme éloigne les bêtes et rende l’atmosphère un peu plus sèche autour pour qu’il puisse se sécher. Il s’assit finalement sur le sol boueux et fit d’abord sécher son arc pour être en mesure de se défendre. Pour ce faire, il devait en plus se fabriquer des flèches. Bien installé, il prit le couteau à sa ceinture et des branches qui ne brûlaient pas pour aiguiser les pointes. Il n’avait plus de plume sèche et devrait sans doute attraper un oiseau pour faire en sorte que ses tirs soient plus précis. Spero pris les quelques plumes restantes dans son sac et tenta de les faire sécher près du feu avant de les attacher au bois. Chaque mouvement le faisait souffrir, son poignet gauche était enflé.

Spero était aux aguets. Comme il ne connaissait pas son environnement, il tressaillait au moindre bruit mais la jungle lui paraissait étonnamment calme. Bien concentré sur son ouvrage, il ne relevait la tête que rarement pour vérifier que sa cachette entre les arbres et la végétation dense le protégeait bien. C’est lors d’une de ses rares fois qu’il crut apercevoir une silhouette au loin. Il ne pouvait discerner clairement de quoi il s’agissait et posa une main sur son arc. Quand une voix vint à ses oreilles, il sauta aussitôt sur ses jambes en attrapant une flèche. Il braqua son arc vers la source de ce bruit et vit l’homme. Spero était concentré pour ignorer la douleur, qui marquait tout de même un peu les traits de son visage, que tendre son arc créait sur son poignet.

- Je pourrais te demander la même chose. Ça faisait très longtemps qu’il n’avait pas parlé à quelqu’un et il n’avait jamais vraiment appris à se comporter correctement. Cet homme ne l’effrayait pas, rien ne l’effrayait, du moins c’était ce qu’il pensait, et il allait s’adresser à lui comme à n’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wellan Dil'Syol
Les mercenaires de chaos apportent la mort,un Mentaï EST la mort!Je suis le Chef des Mercenaires
avatar

Crédits : Sweetie Plum

DC : //
Messages : 45
Branches : 6568
Date d'inscription : 01/03/2015
Localisation : Repère des Mercenaires du Chaos

MessageSujet: Re: L'intuition première, la force du premier regard, un sentiment qui reste gravé... {with Spero}   Lun 16 Mar - 14:59



Wellan terminait à peine d’interpeller le gamin que ce dernier était déjà sur la défensive, campé sur ses deux jambes, arc bien en main. La pointe de la flèche dirigée vers lui. La corde tendue, prête à être lâchée et délivrer son message promesse d’une blessure. Il était certain que le petit n’hésiterait pas à tirer. En tout cas, c’est ce que pensait Wellan alors qu’il le détaillait de plus près. Il était frêle, le Mentaï ne lui donnait pas plus de dix ans. Et pourtant, il semblait plus que débrouillard, ce qui intriguait Wellan. Le chef des Mercenaires observa plus en détail le petit campement improvisé au pied d’un arbre, les affaires étalées autour du petit. Il n’y avait pas grand-chose, le gamin devait être seul, il en était pratiquement certain. Comment diable il s’en sortait pour rester en vie ? Wellan n’aurait pas parié une seule branche pour sa survie, pas même pour 1 journée avant qu’il ne termine déchiqueté, que ce soit par un hors-la-loi ou par une créature monstrueuse. Ou alors, il avait un don pour le dessin. Comment avait-il allumé le feu ? Surement via le dessin pensa Wellan, mais ce dernier était faible, et il avait l’air jeune, son talent devait donc être minime, s’il existait tout du moins. Le chef des Mercenaires du Chaos n’avait donc aucuns soucis à se faire.

« Je pourrais te demander la même chose » déclara le petit, la voix légèrement éraillée, comme si elle n’avait pas été utilisée depuis longtemps. Il semblait calme, ou en tout cas confiant en lui. Il ne lui témoignait pas le moindre respect mais cela n’offensa pas Wellan. Qui donc aurait montré du respect dans des circonstances actuelles ? Il avait l’air d’avoir du caractère, c’était surement ça qui l’avait maintenu en vie jusqu’ici. Malgré l’arc toujours tendu vers lui, Wellan ne fit pas le moindre mouvement pour s’emparer de son arme. Son épée, toujours accrochée à sa ceinture, pendait en dessous de son flanc gauche. Il ne se sentait pas en danger il faut dire, et l’épée aurait été complètement inutile alors qu’il n’était pas à portée du garçon et que ce dernier tenait un arc prêt à être utilisé. Et surtout, si le petit venait à lâcher sa flèche, Wellan se précipiterait dans les Spires pour se protéger. Fermerait les yeux pendant quelques secondes pour faire basculer son dessin, fruit de son imagination dans la réalité. Une branche, un mur de brique, un bouclier … qu’importe ce qu’il dessinerait, cela serait parfait pour le protéger.

« Tu n’devrais pas parler comme ça petit ! Pas avec des gens ici que tu n’connais pas ! Tu vas t’attirer des ennuis ! » déclara moqueur Wellan en continuant de le détailler de près. Il avait du mordant, et force était de constater que ça lui plaisait. Il était un peu jeune, c'était vraiment dommage. Il aurait fait une recrue parfaite autrement. Le mercenaire fit un pas en avant, dégageant assez brusquement une branche de buisson qui était entre eux sur son passage, et défia Spero, dont il ne connaissait rien, en désignant l’arc toujours tendu de son menton : « tu crois vraiment pouvoir me blesser ? » Est-ce que le petit oserait ? C’était une question qui obsédait Wellan en l’instant. Tester son cran. Ce qu’il avait dans le ventre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spero Moorshine

avatar

Faiblesses : Force physique

Arme : Arc et couteau

Messages : 68
Branches : 6601
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: L'intuition première, la force du premier regard, un sentiment qui reste gravé... {with Spero}   Lun 16 Mar - 17:09


Il observait cet étranger. Spero aurait voulu pouvoir déterminer d'un coup d'œil qui il était comme avec une espèce d'oiseau mais les gens n'étaient pas toujours comme ils en avaient l'air et ça il l'avait appris très tôt dans sa vie déjà. Sa seule crainte était de lâcher l'arc à cause de son poignet souffrant. Il avait bien remarqué la longue lame à la ceinture de l'inconnu et savait bien que son petit couteau ne lui serait d'aucune utilité s'il lâchait son arc. Comme d'habitude, il était en mode survie. Spero considérait l'homme comme une menace au même titre que n'importe quel animal. Il n’avait jamais tué un humain. Il était peut-être parfois passé très près de le faire mais n’en avait jamais eu besoin. Mais, à chaque fois, ce n’était pas parce qu’il avait reculé mais bien parce que l’autre personne ne l’avait même pas remarqué ou qu’elle n’était pas une menace. Aurait-il été capable de tuer quelqu’un de sang froid?

- Ne m'appelle pas petit. Spero avait un peu de mal à accepter le fait que tout le monde était plus fort que lui. Jusque-là il s'en était très bien tiré avec de l'ingéniosité et de la détermination mais n'empêche qu'il savait que ça finirait par lui causer des problèmes. Il était un enfant et ça ne changerait pas avec encore quelques années. Il n'avait pas beaucoup de souvenir de ses moments passé avec d'autres gamins de son âge. Il les voyait parfois jouer de loin quand il passait près des villages mais ne les comprenait pas. Il avait ce sentiment profond de ne pas être un humain. Pas qu'il pensait être d'une autre race non plus. Simplement qu'il observait les gens, leurs manières et leurs modes de vie et qu'il ne pouvait que constater qu'il était différent. Wellan s'avança vers lui, Spero ne broncha pas. Il le voyait comme n'importe quel animal. Ça ne sert à rien de fuir devant une bête qui vous a vu et s'approche. Il faut la laisser venir pour avoir une meilleure chance de la tuer en un coup sinon c'est la mort assuré. La patience et le calme, voilà deux choses que ce vieux chasseur avait bien appris à ce gamin au caractère pourtant bouillonnant.

Il le laissa approcher, ne portant pas trop attention à ses avertissements. Oui, il ignorait la dangerosité de la jungle mais s’il avait écouté le bon sens dans sa vie il serait probablement mort de faim dans cette cabane au milieu de la forêt. Il avait toujours eu de la chance jusque-là et de toute façon, il ne pouvait pas revenir en arrière sans réserves pour affronter le froid qui l’avait fait venir jusque dans la jungle. Allait-il tirer? Ce n’était pas ce dilemme qui captivait ses pensées à ce moment précis. S’il avait à le faire, il le ferait et ça il le savait déjà. Il se demandait plutôt à quel point il devait le laisser approcher et s’il devait tirer pour tenter de le tuer ou pour essayer de l’effrayer. Combien de temps son poignet allait tenir était aussi une grande inquiétude. Il était déjà très enflé et couvert d’ecchymoses. Wellan le défia. Spero considérait son attitude comme une menace face à laquelle la fuite n’était pas une option. Le choix ne fut donc pas très difficile à faire.

Il relâcha la corde. La flèche fonça droit vers sa cible en sifflant dans l’air. Spero ne put voir s’il l’avait atteint. Le contraire aurait été surprenant vu la petite distance qui les séparait mais il ignorait bien sur tous des capacités particulières de son adversaire. Il n’en vit rien car il avait lâché son arc. Sous la pression, sa main s’était ouverte et il était tombé au sol. Spero gémit de douleur, le choc du relâchement de la tension de la corde avait été dur sur son poignet gauche qui retenait l’arc. Sachant qu’il n’avait pas le temps de ramasser son arc au cas où l’adversaire riposterait, Spero se replia sur la seule autre arme qu’il avait et pris son couteau. De la main droite, il savait qu’il pourrait se défendre mais n’était pas idiot et était conscient qu’il n’avait probablement aucune chance si l’homme l’attaquait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'intuition première, la force du premier regard, un sentiment qui reste gravé... {with Spero}   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'intuition première, la force du premier regard, un sentiment qui reste gravé... {with Spero}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La force du premier compagnon! [Libre, Leo]
» PAXTON ∞ « Le premier regard échangé est toujours le plus intense. »
» Là où surgiera votre pire cauchemar dès un premier regard, voici la terreur asiatique, la plus feignante de l'Est.
» Première éclosion et premier long combat
» [RU] Première équipe et premier post - Intermédiaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-GWENDALAVIR- ::  :: Régions sauvages :: La jungle d'Hulm-
Sauter vers: